• Elinor Zucchet

L'effet bulle : pourquoi notre comportement change à l'étranger ?

Updated: Feb 11, 2020

Dans les régions les plus touristiques, le tourisme de masse est parfois perçu de façon négative par la population locale. " Ils ne feraient pas ça chez eux ! ", se désolent souvent les habitants.

Sans aller jusqu'au cas extrême du tourisme festif des stations balnéaires, la plupart des voyageurs à l'étranger observent une altération de leur comportement et de leur perception des choses. Et dans le cas d'un séjour de longue durée, on en ressort même transformé, différent.

Comment peut-on expliquer ce phénomène, que j'appelle " l'effet bulle " ?


Liberté

" Le monde est un livre et ceux qui ne voyagent pas n'en lisent qu'une page. " St Augustin


Un voyage est synonyme de liberté. Plus de routine à respecter, on mange quand on a faim, on dort quand on a sommeil, bref, pas de contraintes (je ne fais pas référence aux voyages organisés, bien sûr). On retrouve les véritables sensations que l'on oublie parfois au quotidien.

Pour moi, cette sensation débute dès l'aéroport. J'adore observer les départs, les arrivées, les expressions sur le visage des gens. Le décollage est également très symbolique, un envol loin du quotidien et vers de nouvelles aventures. Au-dessus des nuages, la sensation d'apaisement est libératrice.


Nouveau départ

" Nous ne voyageons pas pour échapper à la vie mais pour que la vie ne nous échappe pas ". Robyn Yong


Même dans le cas d'un court séjour, un voyage, c'est un nouveau départ. Dans votre nouvelle ville, personne ne vous connaît, vous n'avez aucun repaire, et donc l'occasion de partir de zéro. Si vous vous installez à l'étranger pour une période prolongée, l'expérience est encore plus enrichissante. Vous aurez l'opportunité de vous faire de nouveaux amis, d'avoir un nouveau chez-vous, bref une nouvelle vie.

De nombreuses personnes (qui en général ne voyagent pas) considèrent que le voyage est une façon de fuir les problèmes. Je ne suis pas entièrement d'accord, car les problèmes de fond referont toujours surface où que l'on soit. Mais parfois, un nouvel horizon permet de se reconstruire et de devenir meilleur.

Et notre personnalité ne colle pas toujours avec notre nationalité, loin de là.


Sortie de sa zone de confort

" Les voyages révèlent la meilleure partie de moi-même. " Auteur inconnu


Sortir de sa zone de confort n'est pas toujours facile. On s'habitue bien sûr, mais cela reste une étape importante et parfois délicate, surtout lorsqu'on voyage seul.

On prend sur soi, et on part affronter l'inconnu. Même si c'est effrayant, c'est pourtant dans les situations inconnues et hors de notre contrôle que l'on vit les expériences les plus enrichissantes.

On rencontre des personnes qui changeront notre vie, et on vit des moments qui resteront gravés.

Le fameux " choc culturel " nous oblige à nous ouvrir, à changer notre manière de voir les choses et à nous adapter.

Et ce courage, que l'on ne pensait pas avoir, est grisant. Tout paraît possible et on se redécouvre. Consciemment ou inconsciemment, le quotidien inhibait une partie de nous-mêmes, et la voici qui refait surface.


L'effet bulle

" Chaque ville du monde a son propre coucher de soleil, et il a valu la peine d'y aller, juste une fois, même si ce n'était que pour voir le soleil s'y coucher ". Ryu Murakami


Lorsqu'on est en voyage, on a l'impression de vivre dans une autre dimension, presque hors du temps et hors de la réalité. C'est ce que j'appelle "l'effet bulle". En discutant avec d'autres voyageurs " compulsifs " (ou atteints du virus du voyage), je m'aperçois que je suis loin d'être la seule à le percevoir de cette manière. Une amie proche qui se reconnaîtra me disait l'autre jour " Il y a moi à Barcelone, et il y a moi dans mon pays d'origine ".

Si vous visitez de nombreux pays, c'est autant de " vous " qui se créent ! Personnellement. j'ai l'impression d'être un mélange de dizaines de pays, de centaines d'expériences, de milliers de visages.

Vivre hors de la réalité rend audacieux. On ose faire des choses parfois un peu folles, puisqu'elles n'auront pas de répercussion sur la " réalité ". Les Erasmus comprendront évidemment ce que je veux dire !

Le film culte de ma génération, l'" Auberge Espagnole " de Cédric Klapisch (oui, j'ai un certain âge...), illustre à merveille l'effet bulle. Si vous ne l'avez pas vu, je vous le recommande ! Je vous suggère aussi de lire " Touriste ", de Julien Blanc Gras.


Lorsque la bulle éclate : retour à la réalité

" J'ai laissé mon cœur à tellement d'endroits. " Auteur inconnu


Plus vous vivrez longtemps dans la bulle, plus le retour à la réalité sera difficile. Vos amis, votre famille, qui sont restés chez eux, n'ont pas changé. Vous si. En décalage avec votre petit monde qui ne vous est plus si familier, l'atterrissage est parfois douloureux.

Vous avez beau partager vos photos, vos expériences, vous aurez toujours l'impression que votre entourage ne peut pas comprendre. Il est important de garder contact avec ceux qui étaient dans la bulle avec vous. En cas de crise de nostalgie aiguë, ils vous seront d'une aide précieuse !

La bonne nouvelle, c'est que ça passe avec le temps, et que vous aurez sans doute envie de repartir à la recherche de nouvelles bulles.

Et que surtout, les souvenirs restent, et que si c'était à refaire, vous le referiez sans hésiter. Et même des années plus tard, vous sourirez encore en y repensant, je vous le garantis :-)


Prêt à entrer dans la bulle ?


21 views0 comments

Recent Posts

See All
  • RSS
  • LinkedIn

©2020 by Elinor Zucchet - Translations & Writing - elinor.zucchet@gmail.com